PEAU D'ÂNE

[LA CHASSE]

Création d’après le conte de Charles Perrault

Texte et mise en scène I Chloé Duong

Assistante à la mise en scène I Cécile Morelle

Collaboration dramaturgique I Sergeï Ryschenkov

Distribution I Clémence Chatagnon, Nicolas Chevrier, Jeanne Guittet, Thomas Mallen, Benoît Morvan, Frédérique Renda et Jean Pavageau

Création lumière I  Alice Versieux Création Vidéo I  Chloé Duong

Production I Cie MaëlströM, La Loge

Avec le soutien de  I Paris Jeunes Talents, cie Vagabon/le Magasin

Durée I 1h

2013

 

REPRÉSENTATIONS La Loge, Paris

​​​​​​​​​​​​​"Contre un fol amour et ses fougueux transports

La raison la plus forte et une faible digue"

Charles Perrault

 

 

NOTE D'INTENTION

Avec l’histoire de PEAU D’ÂNE, j'avais envie de questionner le rapport intime et familier qui nous attache aux contes de notre enfance. Ces objets littéraires n’ont pas toujours été destinés à un très jeune public. Et s’ils ont nourri notre imaginaire, avec la maturité se révèlent les cruels enjeux qui les fondent. Le conte de PEAU D’ÂNE renvoie précisément à cette perte irrémédiable des illusions. Il explore le passage à la puberté de l’adolescent, qui se trouve précipité dans un corps d’adulte sans y être préparé. Dès lors, comment fait-il pour appréhender les désirs qu’il suscite ? Les regards qui changent, y compris dans sa propre famille ? Le tabou de l’inceste est bien le thème central de ce conte.

Chloé Duong

 

LA PIÈCE

Étrange carnaval où s’avancent

Des silhouettes d’hommes à têtes d’animaux,

Des corps dansants dans la boue du blanc.

La chasse est ouverte !

Les grands attrapent les petits à la chair tendre

Et aux joues rebondies comme des pommes.

Tiens ! Une jeune fille sur les genoux de son père.

Érotisme de la génétique, c’est la confusion des sentiments,

Sous la fourrure de l’âne se blottit le désir du Roi chasseur.

Est-il vrai que le vin a le goût du sang ?

​​

GALERIE

© 2020 cie MAELSTROM